Remplacement des poutres et du poteau du rez-de-chaussée

Situation initiale

Avant démolition, les poutres et poteaux de la maison cachaient bien leur jeu :

  • Les poutres étaient coffrées sur les 3 faces visibles, mais il n’était pas possible de savoir si c’était juste un coffrage « cosmétique » ou bien un réel renfort de la poutre qui se trouvait à l’intérieur.
  • Le poteau dans la cuisine était recouvert de papier peint, ce qui empêchait de connaître son état à l’œil nu ; et étant donné que sa position était juste au bord de la cave sous la cuisine, il n’était pas non plus bien possible de juger de la qualité de son appui. Celui du salon semblait en état correct, mais sous-dimensionné : on pouvait y déceler une certaine fatigue !

Pour ces deux points, ce sont bien les pires cas qui ont été découverts :

  • Le coffrage faisait office de renfort de poutres en assez mauvais état et surtout faiblement dimensionnées. En tout cas pas en capacité de supporter la charge du sol de l’étage et la reprise de charge du sol du grenier.
  • Le poteau  initial avait sûrement été renforcé par un second poteau jumelé… mais malheureusement pas solidarisés entre eux ! Et ce n’est pas le pire : ces poteaux étaient tellement rongés par l’humidité à leur base dans la cave qu’ils ne reposaient en réalité plus sur rien ; c’était la cloison de la cuisine qui les maintenait fragilement debout !
dscn5902
Des menuiseries bien fatiguées…

Bilan : changement des poteaux obligatoire, et remplacement des renforts… ou carrément des poutres complètes.

Plan d’actions

Bien que le remplacement des renforts semblait plus simple que celui de l’intégralité des poutres, on avait quand même l’impression d’aller mettre un pansement sur une jambe de bois. En réalité, le travail sur les renforts allait être plus long que le remplacement des poutres ; par contre il y aurait un peu plus de matière à acheter, avec un remplacement complet !

Autre avantage non négligeable à changer les poutres : pouvoir repositionner les poteaux… et même d’en supprimer un et de poser l’autre de manière plus intelligente par rapport à nos besoins.

Sur les conseils de notre accompagnateur en menuiserie Stéphane, nous sommes donc partis sur le remplacement complet des poutres et poteaux. À lui de dimensionner les pièces de bois pour qu’elles supportent un étage de 40m² et le sol du grenier (sur lequel sera mis de l’isolant en vrac… ouate de cellulose ?). Résultat : 2 beaux bébés de 25x28cm de section en douglas sur 4,70 à 5,30m de long (et plus de 100kg chacun lors de la livraison) pour les poutres, et 20x20cm pour le poteau de 2,70m. Cet unique poteau sera sur la trajectoire de la cloison séparant la cuisine du salon, et donc le moins gênant possible tout en restant partiellement visible.

L’étage subira à peu près le même sort avec des sections un peu plus petites, mais ce sera pour plus tard…

Préparation du socle du poteau

C’est la première et j’espère une des seules fois où nous utiliserons du ciment : il a fallu couler un socle en béton armé dans lequel a été scellé un pied réglable pour le poteau.

dscn6205
Le socle en béton attend son poteau

Temps de séchage : minimum 1 semaine.

Dépose des anciens éléments

Tout d’abord il était relativement urgent d’étayer au niveau des poteaux à supprimer, vu leur état de fatigue. Et comme les poutres allaient être absentes le temps que les nouvelles soient posées, il était nécessaire d’étayer toute leur longueur à environ 1 mètre de distance, contre les solives.

dscn6238
Une forêt d’étais a poussé dans le salon

Chacune des poutres a ensuite été déposée petit à petit par tronçonnage et déplacement d’un étai jusqu’à ce que tout soit par terre.

Le point d’attention durant cette dépose était de veiller à ce que la poutre, appuyée seulement dans le mur d’une part et sur un étai en équilibre précaire d’autre part, ne verse pas à gauche ou à droite.

dscn6251
Le tronçonnage a commencé ! Au passage, on remarque bien en coupe l’ancienne poutre et 2 renforts latéraux couverts d’un ancien « papier-décor » motif… bois !

Pose des nouveaux éléments

Dans l’ordre, c’est après une préparation de la surface puis une taille en sifflet que la première poutre qui a été installée.

En l’absence de poteau à ce moment-là, ce sont des étais qui l’ont maintenue en suspension.

1ère technique de levage de la poutre : côté mur, on pose une échelle de fortune faite de tasseaux de bois. Au fur et à mesure du levage de la poutre à bras (et dos) d’hommes, des barreaux sont vissés à cette échelle pour la maintenir. Côté opposé, on superpose tout ce qu’on a sous la main en grosses cales et autres bastaings. Mais notre vigilance n’a pas suffi à empêcher la poutre de basculer alors qu’on était déjà à au moins 1 mètre du sol. Petite (ou grosse ?) frayeur, mais en tout cas on était bon pour recommencer le levage de ce côté… avec une autre technique, plus sécurisante.

2ème technique, donc : des sangles de levage sont passées autour de la poutre et de 2 étais posés au sol de l’étage (percé à 2 endroits pour laisser passer les sangles). Puis levée progressive de chaque côté, tout au cliquet. Autant dire que là, malgré l’âge avancé de la maison, on compte sur la solidité du plancher et la qualité de notre étayage réalisé avant la dépose de l’ancienne poutre.

dscn6254

Puis le poteau est venu reposer sur son socle. Là, c’était plus facile : à 20x20cm de section sur moins de 2,70m de long, on peut même le porter seul ! La première poutre a alors pu reposer à son tour sur le poteau.

Enfin la seconde poutre a profité de l’absence de plafond au-dessus d’elle pour être montée au palan (accroché à la poutre de l’étage).

Presque trop facile ! Enfin, à 4 personnes, quand même…

Conclusion

Voilà un gros chantier de fait (le premier de 2017 !), qui va permettre de faire avancer beaucoup de choses :

  • Il libère le sol du rez-de-chaussée, qu’on va pouvoir faire avancer (hérisson ventilé, verre cellulaire, plancher chauffant… gros programme à suivre !)
  • Il nous permet de remettre un plancher au niveau de la salle de bain
  • Et il nous permet aussi de faire la même chose à l’étage : on peut s’appuyer sur quelque chose de costaud !

Une réflexion sur “Remplacement des poutres et du poteau du rez-de-chaussée

Répondre à Anne Moloney, Fejø Retreat Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.